L’on voit ce que l’on croit

Arnold Newman, Andy Warhol, New York (1993)

”Je dis que je perçois correctement quand mon corps a sur le spectacle une prise précise, mais cela ne veut pas dire que ma prise soit jamais totale (…). Dans l’expérience d’une vérité perceptive, je présume que la concordance éprouvée jusqu’ici se maintiendrait pour une observation plus détaillée : je fais confiance au monde. Percevoir c’est engager d’un seul coup tout un avenir d’expériences dans un présent qui ne le garantit jamais, à la rigueur, c’est croire à un monde.”

Maurice Merleau-Ponty, Phénoménologie de la perception (1945)

About these ads

3 thoughts on “L’on voit ce que l’on croit

  1. Cette photo me rappelle « La déchirure » (cf. William Klein) que je trouve magnifique. Celle-ci est plus impressionnante. Mais « ce que je crois est-ce ce que je vois »? :)))

  2. Pour une fois – c’est plutôt rare! – j’ai compris Merleau-Ponty.

    Ce site est superbe. Plein d’intelligence. Un grand plaisir que de suivre vos articles.

    Merci

  3. Cette phrase n’a jamais été aussi vraie pour moi que depuis que je fais de la photo.
    On voit ce que l’on croit, et on croit aussi ce que le photographe veut nous faire voir, et croire. Ou pas.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Suivre

Recevez les nouvelles publications par mail.

Rejoignez 719 autres abonnés