Herbert Bayer

Herbert Bayer

Herbert Bayer, knight with a flower c 1930’s

« Ma flûte ne sait plus, hélas ! Me réjouir, mon coeur est travaillé de crainte et de désir. Adieu, roseaux amis que savait pertuiser, pour être les premiers, ma main ! Je veux creuser la tige du lotus ; s’il est vrai que sa fleur, en apaisant la faim, apaise la douleur et fait à l’homme errant sur *Neptune écumeux oublier sa patrie et ses antiques dieux… »

Jean Moréas ° Poèmes et Sylves * 1886-1896.