La transcendance

Philippe Halsman, 1950

« Je ne sais rien de plus simple, ni de plus profond que cette contemplation qui, du matin au soir, découvre une présence simple au coeur des choses vues ».

(…) La transcendance est la chose la plus ordinaire du monde. Il y a transcendance quand un objet est informulable par la parole, quels que soient les angles d’attaque de celle ci. Or c’est bien le cas du moindre fragment de l’être sensible : cet arbre, cette branche, cette tasse dans la lumière, ce visage sont au delà de toute conceptualisation, de toute description, ils sont la réalité COMME TELLE, transcendante à la parole. Le transcendant, l’inépuisable donc, la poésie, apprend à rechercher dans le simple, dans le rapport à soi même, cette part là. ».

Yves Bonnefoy