Le corps humain est une pile électrique

Robert Mapplethorpe  Ajitto 1981© Robert Mapplethorpe, Ajitto, 1981

 » Le corps humain est une pile électrique
chez qui on a châtré et refoulé les décharges,
dont on a orienté la vie sexuelle
les capacités et les accents
alors qu’il est fait
justement pour absorber
par ses déplacements voltaïques
toutes les disponibilités errantes
de l’infini du vide,
des trous du vide
de plus en plus incommensurables
d’une possibilité organique jamais comblée.
Le corps humain a besoin de manger,
mais qui a jamais essayé autrement que sur le plan de la vie sexuelle les capacités incommensurables des appétits ?  »

Antonin Artaud, Le Théâtre de la Cruauté, (1948) in OEuvres, p. 1656.

Cargo of Middle Passage, 1989

© Rotimi Fani-Kayode, Cargo of the Middle Passage, 1989