Nous sommes deux esprits infondus en un seul corps

Anka Zhuravleva

Ton Esprit s’est emmêlé à mon espnt, comme l’ambre s’allie au musc odorant.

Que l’on Te touche, on me touche; ainsi, Toi, c’est moi, plus de séparation.

***

Je suis devenu Celui que j’aime, et Celui que j’aime est devenu moi ! Nous sommes deux esprits, infondus en un (seul) corps !

Aussi, me voir, c’est Le voir, et Le voir, c’est nous voir.

Diwan d’Al-Hallâj, poèmes traduits et présentés par Louis Massignon, éd. du Seuil, 1955