Mais le languir soudain réclame le grand large

Sylvie Lancrenon Emmanuelle Béart en couverture de ELLE en 2003Sylvie Lancrenon Emmanuelle Béart en couverture de ELLE en 2003

J’ai le souvenir de Buisson, de Visan, aussi de Richerenches,

Où les odeurs de soupe s’enfermaient dans les chambres

Silencieuses comme les semelles d’un maçon vieilli sans paradis.

J’ai le souvenir d’horizons sans sommeil autour de ces villages ; la première neige les montrait droit tels des accusés qu’effraie leur innocence.

Mais le languir soudain réclame le grand large ;

Le rapace rejoint sa femelle en plein vol ;

Les univers anciens remettent à d’autres, aveugles,leurs soleils.

Une jeune romaine révèle sa présence et se retourne sur la ville dont la ceinture garde des traces d’amour.

Toulourenc ! Toulourenc ! que j’ignorais si proche,

Nul faux bourdon dans les rimes de tes eaux,

Sinon le désir reconduit du Ventoux, t’évitant les terres hargneuses .

René Char, Une énigme éclaircie, quelques touches d’amour in Les Voisinages de Van Gogh, 1985