Les talents de Protée

Louise Van der Vorst by Alexia SinclairLouise Van der Vorst by Alexia Sinclair

« Il faudrait encore faire entrer en ligne de compte la volonté qu’a l’esprit de se laisser abuser à l’occasion, peut-être avec le soupçon malicieux que les choses ne sont pas telles qu’on le dit, mais en faisant semblant d’y croire, le goût de l’incertitude et de l’équivoque, le plaisir délicieux qu’on prend à se confiner volontairement dans un petit coin bien caché, le goût de voir les choses de trop près, sans recul, en surface seulement, de les voir grossies, diminuées, décalées, embellies, la délectation intime que l’on goûte à cette manifestation arbitraire de puissance. Il faut enfin compter ici avec cette propension un peu suspecte de l’esprit de l’esprit à duper d’autres esprits et à porter des masques en leur présence ; il faut tenir compte de cette pression, de cette poussée continuelle d’une force créatrice, habile à modeler comme à se métamorphoser ; l’esprit jouit ici de la multiplicité de ses masques et de son astuce, il goûte aussi le sentiment d’être en sécurité – ces talents de Protée sont ceux qui le défendent et le dissimulent le mieux. Ces talents de Protée de prendre des masques et de se métamorphoser, se modeler. »

Friedrich Nietzsche, Par-delà bien et mal” (1886)