Le prisonnier du passage

Jane Evelyn Atwood A female prisoner in solitary confinement who was allegedly sexually abused by guards, Sixth Avenue Jail Annex, Anchorage, Alaska, 1993© Jane Evelyn Atwood

A female prisoner in solitary confinement who was allegedly sexually abused by guards, Sixth Avenue Jail Annex, Anchorage, Alaska, 1993

« C’est vers l’autre monde que part le fou sur sa folle nacelle ; c’est de l’autre monde qu’il vient quand il débarque. Cette navigation du fou, c’est à la fois le partage rigoureux, et l’absolu Passage. Elle ne fait, en un sens, que développer, tout au long d’une géographie mi-réelle, mi-imaginaire, la situation liminaire du fou à l’horizon du souci de l’homme médiéval – situation symbolique et réalisée à la fois par le privilège qui est donné au fou d’être enfermé aux portes de la ville : son exclusion doit l’enclore ; s’il ne peut et ne doit avoir d’autre prison que le seuil lui-même, on le retient sur le lieu du passage. Il est mis à l’intérieur de l’extérieur, et inversement. Posture hautement symbolique, qui restera sans doute la sienne jusqu’à nos jours, si on veut bien admettre que ce qui fut jadis forteresse visible de l’ordre est devenu maintenant château de notre conscience. L’eau et la navigation ont bien ce rôle. Enfermé dans le navire, d’où il n’échappe pas, le fou est confié à la rivière aux mille bras, à la mer aux mille chemins, à cette grande incertitude extérieure à tout. Il est prisonnier au milieu de la plus libre, de la plus ouverte des routes : solidement enchaîné à l’infini carrefour. Il est le Passager par excellence, c’est-à-dire le prisonnier du passage. Et la terre sur laquelle il abordera, on ne la connaît pas, tout comme on ne sait pas, quand il prend pied, de quelle terre il vient. Il n’a sa vérité et sa patrie que dans cette étendue inféconde entre deux terres qui ne peuvent lui appartenir. »

Foucault, M., Histoire de la folie à l’âge classique, Paris, Gallimard, 1972, p. 22

dark-memories-gianpaolo-barbieri

© Gian Paolo Barbieri, Dark memories,  Skira, 2013